Programme de renforcement de la société civile dans la région des grands lacs

Comme les problèmes à braver dépassent le cadre d’une seule organisation, l’ADISCO et le mouvement social s’emploient à catalyser et/ou intégrer des alliances stratégiques avec d’autres organisations au niveau national, régional et international afin d’influencer les choix politiques vers les préoccupations des plus démunies. Il y a quatre ans, 38 organisations de l’Afrique centrale et de la région des Grands Lacs ont cheminé ensemble au sein du réseau DAF : Dynamiques Africaines et puis au sein du réseau DAF-Plus. Il s’est révélé par la suite que les ambitions de travailler sur un ensemble démesuré (la CEEAC et la CEPGL) n’apportaient pas les résultats attendus ; les membres sont revenus à des ambitions plus réalistes en créant des ensembles sous régionaux quasi autonomes.

C’est ainsi que 25 organisations de la société civile de la région des Grands Lacs ont décidé d’œuvrer au sein du réseau ‘’RAPES-GL’’ : Appui des Acteurs pour la Promotion Economique et Social dans la région des Grands Lacs. Le réseau appuie les organisations paysannes burundaises, rwandaises et congolaises ainsi que les ONG d’appui au monde rural dans la création des plateformes nationales pour la concertation autour des thèmes fédérateurs de la souveraineté alimentaire, de l’insertion socioéconomique des jeunes et du renforcement des capacités du travail en réseau.<br />L’ADISCO essaie donc dans toute son intervention de dépasser le niveau micro de la colline et de la commune pour investir les niveaux meso (national) et macro (international) où se prennent les décisions qui influencent la vie sur les collines. ‘’Agir donc localement et penser globalement’’.

LE RESEAU RAPES-GL ET LE PLAIDOYER POUR LA SOUVERAINETE ALIMENTAIRE

Le programme de renforcement des capacités de la société civile dans la région des Grands Lacs financé par la Fédération Genevoise de Coopération (FGC) via l’IRED.ORG voudrait faciliter le travail en réseau et le plaidoyer de la société civile dans la région des Grands lacs en améliorant sa représentation auprès des instances nationales et sous-régionales (CEPGL, CEA) qui prennent les décisions. Les axes d’intervention du projet de renforcement du RAPES-GL porte sur :
1. Le renforcement des capacités de la société civile dans le plaidoyer sur les politiques agricoles
2. Le renforcement des capacités de la société civile dans le plaidoyer sur les politiques d’insertion socioéconomique des jeunes.
3. Le renforcement des capacités des organisations de la société civile dansle travail en réseau
Le projet a permis de mettre sur pied des plateformes nationales (le PAPES/RDC, le RODEM au Burundi et une dynamique coiffée par le CCOAIB au Rwanda qui ont déjà réalisé quelques avancées depuis un an notamment des actions de plaidoyer pour la souveraineté alimentaire à travers les études sur le riz (en RDC et au Burundi) le maïs (au Rwanda), suivies d’un plaidoyer pour la protection et promotion de ces cultures en vue de la sauvegarde de la souveraineté alimentaire.

LE RESEAU RAPES-GL ET LE PLAIDOYER POUR L’INSERTION SOCIOECONOMIQUE DES JEUNES
Des actions de plaidoyer pour l’insertion socioéconomique des jeunes ont été réalisées. Après un atelier régional sur les enjeux et les défis de l’insertion socioéconomique des jeunes, les plateformes nationales de la RDC et du Rwanda ont organisé des ateliers de sensibilisation des décideurs pour la lutte contre la pauvreté par l’insertion socioéconomique adéquate des jeunes tandis qu’au Burundi un processus d’élaboration de la politique nationale d’insertion socioéconomique des jeunes a été déclenché.
Dans le cadre du plaidoyer pour l’insertion socioéconomique des jeunes, un voyage d’échanges d’expérience des jeunes entrepreneurs de la région des Grands a été organisé dans les trois pays. A l’issu du voyage, des recommandations encourageantes pour l’avenir ont été formulées:
- L’organisation des missions similaires mais par filière : les agriculteurs visitent d’autres agriculteurs, les artisans d’autres artisans, etc. pour maximiser les opportunités offertes par de tels voyages ;

- L’organisation des foires d’exposition des produits des jeunes au Rwanda, au Burundi et en RDC pour la visibilité de l’entreprenariat des jeunes ;
- Le plaidoyer pour la réduction des taxes ou la détaxation des matières premières destinées à faciliter l’insertion socio-économique des jeunes sans emploi ;
- Le plaidoyer pour la consommation des produits fabriqués localement au lieu de privilégier les produits importés moins cher mais de mauvaise qualité ;
- Le renforcement de partenariat entre jeunes entrepreneurs par l’échange d’information sur les opportunités de marché, d’accès à la matière première.

LE RESEAU RAPES-GL ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITES DE TRAVAIL EN RESEAU
Le programme s’est également investi dans le renforcement des capacités des organisations de la société civile et a organisé à cet effet une formation sous régionale sur le Business Plan à Bujumbura. Une trentaine d’organisations ont pu ainsi être formées grâce à la fois à des échanges d’expériences et une formation par des experts de haut niveau.
Les actions de réseautage sont largement connectées à celles de plaidoyer. C’est ainsi que des réseaux nationaux du réseau RAPES-GL se sont constitués dans les trois pays qui conduisent des actions de plaidoyer. Le réseau RAPES-GL entend se renforcer en tissant des relations de partenariat avec les organisations sous-régionales C’est dans ce cadre qu’une mission auprès de la Communauté Economique des Pays des Grands Lacs (CEPGL) a été organisée. Il ressort de cette mission que deux points de synergie seront privilégiés à savoir :
- L’harmonisation des politiques agricoles et de réinsertion socio-économique des jeunes des trois pays.
- L’élaboration d’une politique commune dans ces domaines sur base des études validées par les experts et soumises aux ministres pour approbation.
Les deux organisations peuvent également réaliser ensemble quelques actions concrètes, entre autres :
- la possibilité d’associer le RAPES-GL aux réunions de haut niveau avec les officiels et les partenaires financiers en fonction des spécificités et des thématiques à développer ;
- la mise en place d’un partenariat RAPES-GL et CEPGL ;
- l’élaboration d’un mémorandum de collaboration qui détermine les mécanismes de mise en œuvre du partenariat entre RAPES-CEPGL. Le mémorandum identifiera les domaines de collaboration et les responsabilités de chacun.

LE RESEAU RAPES-GL QUEL DEVENIR?
Le programme de renforcement institutionnel de la société civile dans la région des Grands Lacs permettra la mise en place d’un véritable réseau de plaidoyer. Sa valeur ajoutée essentielle réside dans sa spécialisation sur les questions de souveraineté alimentaire, d’insertion socioéconomique des jeunes et de renforcement des capacités de travailler en réseau.
Cependant, le réseau devra relever un défi important à savoir la mise en place et le renforcement d’un mouvement social fort au niveau de la base, au niveau national et sous-régional capable d’influencer les politiques agricoles et d’insertion socioéconomique des jeunes et de peser sur les décisions importantes prises consécutivement à ces politiques.