L’IGG : structure de base et alternative de financement des petits entrepreneurs pour le développement du monde rural au Burundi

Dans notre pays, plus de 90% de la population trouvent de l’emploi au sein de l’agriculture.

Pourtant, ce grand secteur pourvoyeur d’emplois n’est que faiblement appuyé en matière de ressources humaines, matérielles et financières. En effet, le secteur agricole dépend de l’agriculture familiale qui n’utilise que les membres de familles comme main d’oeuvre. Rares sont les familles qui peuvent se payer une main d’oeuvre externe. Avec l’augmentation du taux de scolarisation (ce qui n’est pas une mauvaise chose en soi) auquel s’ajoute l’exode rural toujours croissant chez les jeunes, cette main d’oeuvre se réduit du jour au lendemain. Ainsi, le mari et sa femme éprouvent de la peine à produire suffisamment pour un ménage de six personnes, voire plus, au sein duquel moins de 35% travaillent.