Etude comparative des programmes de subvention des engrais dans les pays de l’EAC

Les populations de la région des Grands Lacs comme celles du Burundi et du Rwanda sont confrontés à des graves problèmes de surpopulation et d’émiettement des terres.

La grande majorité de ces populations vivent de l’agriculture de subsistance. La pression démographique est énorme; on estime que la moyenne de la superficie cultivée reste inférieure à 0.5 ha par ménage. Les terres sont surexploitées et produisent très peu. Les analyses des problèmes conduites dans la région répètent invariablement :

exigüité des terres, faible fertilité des terres et manque de fumure organique et minérale, manque de semences tout court et de semences améliorées, aléas climatiques, techniques culturales peu performantes, etc. 

L’insécurité alimentaire reste très élevée et le phénomène El-nino est venu aggraver la situation depuis ces deux dernières années. Selon le programme national d’investissement agricole au Burundi, on considère que 32% de la population vivent en insécurité alimentaire quasi permanente et près de 60% dans une insécurité alimentaire chronique (les chiffres ne font qu’augmenter). C’est dire que l’amélioration de la situation de la sécurité alimentaire représente ou devrait représenter la priorité par excellence des politiques agricoles de ces deux pays.

Télécharger le rapport